Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Par Jean-Marc BONNET – Cabinet FINOVA, filiale de FIMECO Walter France

 

Après deux mois de confinement, le consommateur rêve d’échapper à cet enfermement et de rattraper le temps perdu. Est-ce pour cela qu’il va dépenser sans compter et comment va-t-il se comporter ?
Chacun s’accorde à penser que c’est la grande inconnue sur ses intentions...


Ce que nous savons :


Les ménages français ont enregistré une baisse de leur revenu (en moyenne 400 € sur 8 semaines) mais à contrario, ils ont moins dépensé. L’OFCE estime ce chiffre global à 55 milliards d’euros.


Hormis les activités qui avaient l’autorisation d’exercer, les salons de coiffure et cabinets d’esthétiques connaissent déjà des réservations pour 11 mai prochain. Ce seront les premiers à voir revenir leurs clients en ayant soin bien entendu de les rassurer sur les mesures d’hygiène prises. Selon une étude Harris pour L’Oréal, 59% des Français souhaitent se rendre chez leur coiffeur dès la première semaine du déconfinement !
Pour le reste, il nous reste les différents sondages commandés par les enseignes et il faut l’avouer, une bonne dose d’intuition…


Un sondage réalisé par Opinion Way pour Fastmag, spécialiste des logiciels de caisse et de gestion commerciale, nous indique que « au cours des 30 jours suivant la fin du confinement, 45% des Français comptent réduire leur budget d'habillement d'avant crise ». Au global, la baisse devrait atteindre 28% et, reconnaît Thibaut de Robien, Directeur Général de Fastmag, c’est moins pire qu’attendu : « avant de lancer le sondage, nous nous attendions à une baisse des achats d'habillement supérieure à 28% au cours des 30 jours suivant la fin du confinement. Nous pouvons donc espérer un retour progressif vers une situation normale au cours de l'été? », explique-t-il.


Pour expliquer ce recul à venir, les consommateurs avancent plusieurs pistes. Ils évoquent, d’abord, les « contraintes financières diverses » (59 % des cas), mais aussi la crainte de retourner en magasins (35%) ou encore, plus inquiétant pour le secteur, le côté futile de tels achats : « 42% disent s’être rendu compte que certains achats n’étaient pas utiles », avance l’étude.


Très concrètement, alors que d’ordinaire le budget moyen alloué aux vêtements, chaussures et accessoires est de 86 euros en moyenne par mois, il devrait tomber à 62 euros, soit, donc, - 28%. « Dans le détail, les budgets les plus affectés sont les achats de vêtements (46 € avant le confinement contre 31 € après) et les chaussures (28 € contre 19 €) quand le budget prévu aux accessoires ne diminue pas (12 € contre 13 €) », précise l’étude.


Concernant l’alimentaire, l’ONG Max Havelaard spécialisée dans le commerce équitable a réalisé elle aussi une enquête.


Les Français sont désormais nombreux à privilégier les produits locaux (45%), made in France (39%) ou bio (29%). Du point de vue de 69 % des Français, la crise Covid-19 nécessite de se tourner vers des achats plus "responsables". Seuls 28 % d'entre eux jugent l'épidémie "sans rapport avec la façon dont nous produisons et consommons".


De plus, les sondés se disent par ailleurs soucieux du sort des agriculteurs : 66% des Français considèrent que les agriculteurs ne sont pas suffisamment rémunérés.
Selon un sondage Opinionway pour Sofinco, 33% des français estiment que leur situation personnelle s'est dégradée et 37% que celle de leur foyer est mise à mal. Privés de certains commerces pendant près de 2 mois, les Français pourraient être tentés de consommer davantage... Pourtant, il n'en est rien. Ainsi, la moitié d'entre eux vont reprendre les mêmes habitudes de consommation qu'avant la crise et l'autre moitié (46%) va même moins dépenser.

    
La principale motivation à cette diminution ? Avant tout, une raison éthique : parmi ceux qui vont moins acheter après le déconfinement, 55% trouvent que l'on consomme trop. La deuxième cause invoquée (37%) : faire des économies.


Toutefois, des reports de consommation sont intéressants à relever : durant le confinement, 60 % des personnes interrogées ont reporté des dépenses de loisirs (vacances, sorties culturelles et sportives...), 37 % des dépenses de santé (optique, prothèses auditives…), 33% des dépenses relatives à l’amélioration du logement (isolation, travaux…), 29 % des achats d’automobiles, 26 % des dépenses d’high-tech (ordinateur, smartphone…) et 23 % des achats d’électroménager. Ces dépenses vont donc être réalisées durant les prochaines semaines.


Enfin, pour consoler les restaurateurs qui n’ont toujours pas l’autorisation d’ouvrir leurs salles, selon un sondage réalisé par l’Obsoco, « les Français ont très envie de retourner au restaurant ! »


Les deux prochains mois sont donc cruciaux. Les entreprises attendent avec grande impatience le rebond de la consommation. Il reste à espérer que chacun fasse les efforts nécessaires pour ne pas connaître une seconde vague…

Tag(s) : #bon à savoir

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :